Les premiers disques à saphir


Cliquez sur le coq ! aiguille et saphirCharles et Emile Pathé furent les fondateurs de l'industrie phonographique en France. Après avoir importé des Etats Unis des appareils à cylindres, ils passèrent à des fabrications françaises, choisissant comme emblème de la marque le coq gaulois et la devise "Je chante haut et clair". A partir de 1906, la décision est prise de lancer le disque plat. Mais pour se démarquer du Gramophone, le système adopté est la gravure verticale et l'utilisation d'un saphir-boule inusable. Les publicités de l'époque vantent la supériorité du saphir sur l'aiguille qu'il fallait changer après chaque disque et la musicalité incomparable, l'absence de bruit de fond, etc. Le système n'était pas mauvais en soi mais les saphirs n'étaient pas si inusables que cela et ils avaient tendance à user légèrement les disques.

Les premiers disques Pathé vendus en 1906 n'étaient enregistrés que sur une face et c'était des transcriptions du vaste répertoire de cylindres. Parmi les raretés, on trouve de curieux disques dont l'enregistrement est fait sur une mince couche de gomme laque, le verso du disque étant constitué d'une magnifique étiquette en couleurs.

     Ces premiers disques à gravure verticale ont existé en de nombreux diamètres diamètres. Les plus petits, à 1,25 F, d'une qualité médiocre faisaient 17 cm . Les plus grands faisaient 50 cm : ils valaient 16 F mais ils avaient une puissance et une qualité remarquables. La vitesse était mal définie, la pochette en papier marron conseillait une vitesse de 90 à 100 tours, ou plus pour certains.... Ils avaient tous en commun la particularité de commencer au centre et de ne pas avoir d'étiquette centrale en papier. Les indications étaient gravées.
On trouve encore assez facilement ces disques Pathé qui ont connu en France une très large diffusion. Ils sont parfois en très bon état d'audition comme nous allons en juger par ces quelques extraits du vaste répertoire Pathé. La reproduction électrique nous révèle leur qualité insoupçonnable sur un phono d'époque. Les voix sont d'une clarté et d'une présence impressionnantes quand on pense aux conditions d'enregistrement au début de siècle.

MercadierVoici quelques-uns uns de ces premiers disques Pathé 90 tours/minute :

  • Pourquoi me réveiller....(air de Werther de Massenet) par Vaguet
    Pathé 35 cm
  • Sous la forêt brune par Mercadier
    Pathé 21 cm # 1724 matrice 25173
  • Toute la vie par Bérard
    Pathé35 cm # 3867 <2501> matrice 54268 GR
  • Les épouseux du Berry par Charlus
    Pathé 24 cm #2193 matrice 54536 GR
  • Aurore, mazurka de concert par A. de Benedetto, accordéon
    Pathé 35 cm # 9609 <9803> matrice 67667 RA
  • Halte-là ! par Aristide Bruant
    Pathé 35 cm # 367 <3117> matrice 78705 RA

    A propos d'Aristide Bruant, une page spéciale lui est consacrée. Le personnage mérite le détour.

    Ces quelques aperçus sonores sont extraits d'un CD audio consacré aux disques 90 tours de 1906 à 1914. La qualité sonore y est sensiblement meilleure qu'ici et on peut l'écouter en tous lieux !
    Voir à la "boutique" pour le commander.




    Dernière mise à jour 10 Mai 2003
    Copyright Jean-Luc Fradet 1997- 2000